groupe de gens sur facebook

Depuis quelques années, les utilisateurs d’internet se préoccupent de plus en plus de la confidentialité de leurs données en ligne. Les services de bloqueurs de publicité et de VPN se sont multipliés, les utilisateurs étant soucieux de bien supprimer leurs cookies et de vérifier leurs détecteurs de logiciels espions. Cependant, il existe un « paradoxe de la confidentialité ». Malgré ce souci partagé concernant la protection de la vie privée, nos actes ne sont pas toujours à la hauteur de nos préoccupations.

Une récente méta-analyse (en anglais) portant sur 166 études et réunissant 75 269 participants, a exploré ce paradoxe. Les personnes les plus concernées par la confidentialité de leurs données personnelles auront davantage tendance à supprimer leurs cookies, à utiliser des mots de passe complexes et, généralement, à prendre toutes les précautions nécessaires lors de leur navigation.

Pourtant, en matière de médias sociaux, ces mêmes utilisateurs se montrent moins précautionneux, même quand ils savent que leurs données peuvent se retourner contre eux. En ligne, bon nombre de ces utilisateurs se comportent de manière imprudente, en publiant une grande part de leurs données sur la toile. Les problèmes de confidentialité passent à la trappe quand il s’agit de médias sociaux, et cela est lié en partie au fait que ces médias sociaux répondent à un besoin vital de l’être humain : l’interaction sociale.

« Comme le souci qu’ont les gens vis-à-vis de leur vie privée ne se traduit pas par un comportement adéquat pour la protéger, nous pouvons facilement nous projeter dans un avenir où tout ce que nous faisons en ligne sera intégré à notre profil public. »

Plus sur Harvard Business Review (en anglais).